Un Plan-Cadre de soins pour le développement de la petite enfance lancé à la 71ème Assemblée Mondiale de la Santé

Genève, 23 mai 2018 : L’Organisation Mondiale de la Santé, l’UNICEF et la Banque Mondiale, en collaboration avec le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, le Réseau d’action pour le développement de la petite enfance, ont lancé aujourd’hui un Plan-Cadre de soins pour le développement de la petite enfance, devant la 71ème Assemblée Mondiale de la Santé.

Investir dans le développement de la petite enfance (DPE) est l’un des meilleurs investissements qu’un pays puisse faire pour stimuler la croissance économique, promouvoir des sociétés paisibles et stables, et supprimer l’inégalité et la pauvreté extrêmes. Pour développer tout leur potentiel, les enfants ont besoin d’attention et de soins – les conditions qui favorisent la santé, l’alimentation, la sécurité et la sûreté, des soins réactifs et des opportunités d’apprendre dès le plus jeune âge.

“La période allant de la grossesse à l’âge de 3 ans est cruciale pour le développement de l’enfant. C’est à ce moment que le cerveau connaît sa plus forte croissance”, a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. “Et c’est pourquoi les jeunes enfants ont besoin d’un environnement sûr, sécurisant et aimant, avec une alimentation et une stimulation adéquates fournies par leurs parents ou les personnes qui s’occupent d’eux.”

Le Plan-Cadre constitue une feuille de route scientifiquement établie pour agir, et décrit comment les politiques et services peuvent soutenir les parents, les familles, les autres soignants et communautés à apporter les soins nécessaires aux jeunes enfants. Il appelle à des programmes nationaux efficaces, basés sur un engagement politique solide et durable et une détermination à réduire les inégalités, la pauvreté et l’injustice sociale, en s’inspirant des meilleures pratiques des pays à haut, moyen et faible revenu.

“Les expériences et l’environnement précoce d’un enfant ont un impact direct et à long terme sur la structuration du cerveau – ce qui influence leur développement cognitif, affectif et social présent et futur, ainsi que leur santé et leur bien-être général”, a déclaré le Directeur adjoint du Programme de l’UNICEF, Vidhya Ganesh. “Et lorsque nous investissons sur les premières années de la vie de l’enfant – par des programmes sanitaires, sociaux et éducatifs qui aident les parents à prendre en charge leurs jeunes enfants – nous en bénéficions tous.”
Le Plan-Cadre arrive à un moment où les pays intensifient leurs efforts pour répondre aux objectifs de Développement Durable, qui incluent plusieurs points liés au développement de la petite enfance.

“Nous savons que pour développer tout le potentiel d’un individu et le capital humain d’un pays, il faut donner aux enfants le meilleur départ possible dans la vie, par des soins de qualité au cours de la petite enfance, incluant une bonne alimentation et une bonne stimulation”, a déclaré Annette Dixon, Vice-Présidente du Développement Humain à la Banque Mondiale. “Investir dans des interventions DPE de qualité est également fructueux au plan économique : chaque dollar investi peut rapporter entre 6$ et 17$ en retour“.
Le coût de l’inaction est intolérablement élevé pour l’individu et la société. Sans intervention, on estime que les adultes qui ont connu l’adversité au cours de la petite enfance gagnent près d’un tiers de moins que le revenu annuel de leurs homologues dont l’enfance fut soignée. Et les calculs du coût de l’inaction montrent que certains pays peuvent dépenser moins pour la santé maintenant qu’ils ne perdront dans le futur de par les conséquences d’une croissance et d’un développement déficients pendant l’enfance.

Le lancement du Plan-Cadre fait partie d’un mouvement croissant et de l’alignement de nombreux partenaires venant de différents secteurs. Le Dr Michelle Bachelet, ex-Présidente du Chili et Présidente du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, s’est félicitée de cette collaboration, notant que “Plus de 1 000 personnes, dans 111 pays, ont contribué à élaborer le Plan-Cadre qui reconnaît que les soins, outre qu’ils favorisent le développement physique, affectif, social et cognitif, protègent également les jeunes enfants des pires effets de l’adversité. Ils créent des effets bénéfiques qui durent toute la vie, et même intergénérationnels, sur la santé, la productivité et la cohésion sociale.”

Après le lancement en marge de l’Assemblée Mondiale de la Santé, les pays prendront le relais pour travailler à l’élaboration d’étapes nationales jusqu’en 2023, soutenus par l’UNICEF, la Banque Mondiale et l’OMS, avec des partenaires de tous horizons.

Contact presse (France) :
Contact (Genève) : Olive Cocoman – cocoman@who.int

Partners’ Nurturing Care
Organisation Mondiale de la Santé
UNICEF
Banque Mondiale
Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant
Réseau d’action pour le Développement de la Petite Enfance
71ème Assemblée Mondiale de la Santé